LES TROUBLES MENTAUX AU TRAVAIL

La santé mentale comprend le bien-être émotionnel, psychologique et social. Elle affecte la façon dont les gens pensent, ressentent et agissent et détermine comment ils gèrent le stress, entretiennent des relations avec les autres et font des choix. Les troubles mentaux apparaissent lorsqu’une personne éprouve de la détresse ou des difficultés dans certains de ces
domaines.

Les problèmes de santé mentale s’appliquent à l’état d’anxiété, à l’humeur, à la personnalité, au comportement et au bien-être psychophysique général d’une personne.

Un problème de santé peut se caractériser comme bénin ou grave, invalidant et perturbant considérablement sa qualité de vie.

Les troubles mentaux ne sont pas toujours perceptibles par les autres; c’est l’un des principaux problèmes des personnes souffrant de «maladies invisibles» qui, de nos jours encore, sont souvent confrontées à un manque de conscience sociale et à une stigmatisation.

Nous décrivons ici la dépression pour donner un exemple de trouble de santé mentale.

L’exemple de la dépression

Nom: Frida
Âge: 38 ans
Emploi: Secrétaire

 

Le cas de Frida qui souffre de dépression

Frida, 38 ans, présente des symptômes de dépression. Elle déclare qu’elle pleure tous les jours, qu’elle est triste « tout le temps » ; qu’elle a du mal à dormir la nuit et qu’elle mange trop. Son sommeil est perturbé et il lui faut souvent plusieurs heures pour s’endormir. Certaines nuits, elle n’y arrive pas du tout ou ne dort que quelques heures. Elle affirme qu’elle passe son temps à « penser » et à «s’inquiéter ». Depuis quelque temps, elle se sent triste et fatiguée mais surtout, elle a perdu tout intérêt pour son travail et elle a souvent du mal à se concentrer au travail et à  prendre des décisions. Parfois, elle n’arrive pas à aller travailler et passe la journée au lit. D’après elle, cette situation est plus qu’une « mauvaise
passe »». Frida se sent terriblement coupable de son état qui affecte sa relation avec son mari et ses enfants et l’empêche de participer à des évènements familiaux. Surtout, elle rapporte qu’elle se sent incapable de travailler en dehors de chez elle pour le moment ; par conséquent, la situation commençait à avoir des répercussions financières. Elle se sent souvent mal à l’aise d’être avec ses collègues, auprès de qui elle aimerait se confier, mais elle craint d’être jugée paresseuse ou morose. Elle a peur de parler à son manager et de révéler sa situation, mais elle ne sait pas quoi faire.

La dépression

1 De quoi s’agit-il?

La dépression, aussi appelée trouble dépressif majeur ou dépression clinique, est un trouble de l’humeur courant et grave. Ceux qui souffrent de dépression éprouvent des sentiments persistants de tristesse et de désespoir et se désintéressent des activités qu’ils aimaient autrefois. Ce n’est pas la même chose que le chagrin ou la tristesse, qui sont habituellement des réactions naturelles à un évènement ou à une situation défavorable (p.ex. des problèmes au travail ou le décès d’un être cher). Les causes sous-jacentes peuvent être difficiles à déterminer; souvent, la dépression n’a pas une cause unique, mais est la conséquence d’une combinaison de facteurs. La dépression est plus fréquente dans la tranche d’âge des 25 à 44 ans, et les femmes sont plus susceptibles que les hommes d’en souffrir; cependant, environ une personne sur six souffre de dépression à un moment de sa vie.

2 Symptômes

Pour que le diagnostic de dépression soit posé, la personne doit présenter cinq symptômes ou plus au cours de la même période de deux semaines:

  • Humeur dépressive presque toute la journée, presque tous les jours
  • Diminution marquée de l’intérêt ou du plaisir pour toutes, ou presque toutes les activités pendant la majeure partie de la journée
  • Perte de poids importante sans régime pour perdre ou prendre du poids, ou baisse ou augmentation de l’appétit presque tous les jours.
  • Un ralentissement de la pensée et une réduction du mouvement physique
  • Fatigue ou perte d’énergie presque tous les jours.
  • Sentiments d’inutilité ou de culpabilité excessive ou inappropriée presque tous les jours.
  • Diminution de la capacité de penser ou de se concentrer, ou indécision, presque tous les jours.
  • Pensées récurrentes de la mort, idées suicidaires récurrentes sans plan spécifique, ou tentative de suicide ou plan spécifique pour s’enlever la vie.

Pour recevoir un diagnostic de dépression, ces symptômes doivent causer à la personne une détresse ou une déficience cliniquement significative sur le plan social, professionnel ou
dans d’autres domaines importants de fonctionnement. Cependant, les manifestations de la dépression peuvent varier en intensité et en durée. Des épisodes dépressifs particuliers
peuvent survenir chez les femmes en postpartum ou pendant la période des menstruations, ou survenir en raison de facteurs environnementaux, comme les changements de saison.

3 Traitement

Le traitement de la dépression comprend les thérapies suivantes, qui sont parfois utilisées seules ou associées les unes aux autres.

  • Les médicaments antidépresseurs qui agissent sur le système nerveux central de diverses manières, sont utiles dans les phases aiguës de la dépression, réduisent les symptômes sur 4-6 semaines et sont administrés pendant une période de 8 à 10 mois. La dépression étant une maladie récurrente, le spécialiste, une fois la crise aiguë terminée, peut prescrire un traitement d’entretien préventif ou à long terme, afin de diminuer le risque d’épisodes futurs, notamment chez certaines personnes à haut risque.
  • La psychothérapie est un traitement efficace de la dépression clinique. À lui seul, il ne suffira pas toujours à traiter la dépression grave, mais il peut jouer un rôle important lorsqu’il est utilisé en combinaison avec d’autres traitements ou médicaments. En effet, alors que les antidépresseurs n’ont aucun effet sur les causes de la dépression, la psychothérapie, en revanche, aide les gens à reconnaître les déclencheurs de stress et les problèmes, ainsi qu’à modifier certains comportements et façons de penser.
    Elle est plus efficace pour maintenir les avantages à long terme et prévenir les rechutes.

4 Enjeux psychosociaux et impact sur l’emploi

La dépression est l’un des principaux troubles de santé mentale. C’est un problème pour ceux qui souffrent et pour leurs familles, et un enjeu de plus en plus important sur le lieu de travail.

  • La dépression n’est pas toujours perceptible par les autres, surtout quand elle n’est pas particulièrement grave; on peut donc la classer sous le terme générique de «maladie invisible». Les personnes touchées par des maladies invisibles sont souvent confrontées à un manque de prise de conscience sociale et à une stigmatisation supplémentaire. Par conséquent, elles sont souvent plus portées à être méfiantes et sont accusées d’être paresseuses ou d’humeur changeante. Ces attitudes ne font qu’accroître les sentiments de honte, de culpabilité et de manque d’estime de soi déjà présents chez une personne dépressive.
    Ces comportements doivent être évités sur le lieu de travail, en sensibilisant l’ensemble du personnel de l’entreprise: percevoir la sympathie et la solidarité de son propre groupe de travail est une première étape fondamentale.
  • D’autre part, il arrive parfois qu’une personne dépressive ne se rende pas compte de la gravité de la situation, ce qui lui permet de considérer sa souffrance comme « une mauvaise passe ». En raison de la maladie, elle peut aussi paraître réticente ou incapable de consulter un médecin. Les collègues, famille ou amis, peuvent essayer de l’encourager et de la soutenir dans ce processus de prise de conscience et de recherche de consultation et de thérapie.

Mesures pour la prise en charge, le maintien ou le retour au travail des employés souffrant de dépression

Les symptômes de la dépression, tels que la fatigue, le manque d’énergie et d’initiative, ainsi que les troubles de la pensée, de la concentration et de la prise de décision, ont des répercussions importantes dans la vie professionnelle comme l’absentéisme ou le présentéisme.
De nombreuses personnes touchées par la dépression continuent de travailler, mais ne fonctionnent pas à pleine capacité (p. ex. elles peuvent accomplir un travail de mauvaise qualité, manquer les échéances, être paralysées par l’indécision ou avoir du mal à s’entendre avec leurs collègues, etc).

  • Il est indispensable de comprendre les besoins des employés à différents niveaux et de trouver des compromis pour gérer la maladie et les aider à revenir au travail et/ou à continuer à travailler.
  • Il est essentiel de favoriser une communication ouverte et sincère entre l’employeur et l’employé souffrant de dépression tout au long du processus.
  • Les aménagements du planning et une flexibilité des horaires de travail peuvent être plus efficaces que le travail à domicile (comme le « travail intelligent ») qui accroît les comportements d’isolement et d’évitement des contacts sociaux.
  • Un psychologue du travail/service d’assistance dans l’entreprise peut être utile à la personne, en lui offrant la possibilité de parler librement de son problème avec un professionnel compétent.
  • Travailler sur l’environnement pour éviter la stigmatisation: en particulier, il est important que les collègues soutiennent un collègue souffrant de dépression et cela ne peut

    se faire qu’en formant l’ensemble des collègues.

Pour plus de d’informations, consulter:

Global Alliance of Mental Illness Advocacy Networks-Europe (GAMIAN-Europe) https://www.gamian.eu/

Share This